Les propriétaires du château

Gaspard-Antoine

Charles-Léopold

Antoine

 

   

Rubrique Châteaux


Château de Streversdorp

 

Fortin moyenâgeux dont la partie centrale remonte au 13 ème siècle (d'après la légende, il daterait de 915) dont les murs ont une épaisseur de 1,5 mètres. Le fortin fut agrandi, au nord, au 15 ème siècle. Aux angles sud-ouest et nord-ouest, deux tours furent ultérieurement ajoutées, probablement au 16 ème siècle. Celle du nord-ouest aurait eu, à l'origine, la même hauteur que l'autre, mais suite à un incendie ou à un écroulement, on lui conservera son élévation actuelle. Quant à celle du sud-ouest, écroulée en partie en 1965, elle fut reconstruite, en 1990, par la famille Jansen, actuels propriétaires.

Les armes du château sont celles de Vincent van der Heyden dit Belderbusch et de Marie-Claire de Westrem de Göttendorf.

Des douves, alimentées par deux étangs, entourent l'édifice. On y accède, au sud, par un pont de pierres de trois arcs conduisant au portail d'entrée. Ce dernier date du 17 ème siècle et est surplombé par un il de buf ovale de la même époque. A l'endroit de la rampe ancienne en fer se tenait vraisemblablement, avant 1788, un pont-levis.

A l'intérieur, l'ancien donjon renferme une très belle salle voûtée. Elle contient une fresque avec banderoles en bas allemand. Cette dernière représente des scènes de chasse et des fleurs. Elle date de 1500. Victime de négligences des anciens propriétaires et de l'humidité, il n'en subsiste, malheureusement aujourd'hui, qu'un quart.

 
         
       
   
Situation
   
       
   
Vue du ciel
   
         

On arrive à la demeure seigneuriale par une cour de ferme bordée de deux ailes. L'une est construite en briques (18 ème siècle), l'autre en moellons de calcaire (1687) On débouche sur une chapelle à l'extrémité des bâtiments de droite. Elle date vraisemblablement du 15 ème siècle. Elle fut reconstruite en 1734 par Vincent de Belderbusch et son épouse Marie-Claire de Westrem. Ils y replacèrent la vieille pierre d'autel aux armes des van der Horrick et des Wachtendonck.

Le système défensif, à double rangée de fossés (encore visibles aujourd'hui) contre les agres­sions extérieures : mâchicoulis, échauguettes, etc. permettait sans doute de se protéger contre la soldatesque étrangère arrivant au pays en pillards. Il ne faut pas oublier que le duché de Limbourg fut envahi par les armées de Louis XIV, celles de Marlbrough, les troupes hollan­daises et autres. Ainsi, le seigneur, ses manants avec leur bétail et leurs instruments agricoles se réfugiaient au château, en cas d'attaque. On relevait, alors, le pont-levis.

Par décret royal, le château fut classé le 12 novembre 1954.

 
           
 
   
Retour à l'accueil