Légendes


L'ermite du Heystberg
 


A la sortie du village de Hombourg vers Montzen, il y a un chemin en cul de sac qui mène au Heystberg et qui aboutit à un endroit solitaire. Un ermite y avait élu domicile dans une simple hutte faite de branchages et couverte de mousse, meublée seulement d'une table, de deux chaises et d'un grabat. L'homme aux cheveux hirsutes et à la barbe toute blanche était vêtu à la manière des moines. Tout le monde le connaissait, mais personne ne savait d'où il venait. Pas mal de gens pérégrinaient de temps à autre chez lui et lui apportaient du beurre, des œufs ou d'autres aliments. Le moine accueillait son monde fort aimablement et remerciait en assurant les visiteurs de ses prières et de ses conseils. Il parlait peu, mais tous ses traits révélaient une extrême bienveillance.

Pourtant tout visiteur devinait qu'il planait autour de la hutte un secret et il en aurait encor été plus convaincu s'il avait vu l'ermite se rendre tous les soirs dans un fourré voisin, s'incliner devant une simple croix, dressée sur une tombe, parmi les fougères, pour y prier et pleurer à chaudes larmes.Qui avait bien pu dresser cette croix là ? Et pourquoi ?

C'était un merveilleux soir d'automne. Le vieillard était dans sa hutte, plongé dans ses pensées, lorsque , tout à coup, contre toute habitude à cette heure, il entendit des pas à l'extérieur. Il se leva, alla à la porte qu'il ouvrit avec prudence et vit devant lui un homme d'une stature assez conséquente, la barbe grisonnante et le visage bruni par le soleil.

« Que désirez-vous » dit-il à l'inconnu.


 
retour à l'accueil